Réglementation Hygiène Alimentaire

Version publique du portail réglementaire de vos experts VETHYQUA

Restauration Collective et Sociale - Métiers de bouche - TPE Agro-Artisanales - Hôtellerie - Restauration - Traiteur - Grossistes - Agréments Sanitaires

ComplémentAccédez à la version synthétique et pédagogique du Portail Réglementaire de VETHYQUA !

  • Vos experts VETHYQUA ont mis en ligne une version « pédagogique » de leur portail réglementaire public

  • L'accès est offert par VETHYQUA  aux :

    • référents qualité des établissements clients de VETHYQUA
    • adhérents des Organisations Professionnelles partenaires
    • étudiants des Ecoles supérieures ou professionnelles
    • entrepreneurs des incubateurs partenaires de VETHYQUA

Vous êtes éligibles ? Pour en bénéficier vous aussi, adressez votre demande à DrCLAUDE@vethyqua.fr !

RemarqueNOUVEAU - Septembre 2021 - Guide PMS pour les petits établissements de restauration collective

Permet à un petit établissement de respecter les exigences réglementaires, sans obligation de faire sa propre analyse des dangers.

Les petits établissements de restauration collective concernés sont :
  1. restaurants satellites se limitant au dressage et au réchauffage des plats reçus

  2. cuisines sur place servant moins de 1.000 repas par semaine,

  3. cuisines centrales en mode pavillonnaire[1] servant moins de 1.000 repas par semaine.

RemarqueFocus nouveaux textes officiels - MàJ du 28 septembre 2021

ComplémentRappel : CRPM-Art L237-2 - Dispositions Pénales

Sources : Code Rurale et de la Pêche maritime - Art L237-2

I. - Est puni de six mois d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende le fait :

  • de mettre sur le marché des produits d'origine animale, des denrées alimentaires en contenant ou des aliments pour animaux sans être titulaire de l'agrément requis, selon les cas, en application de l'article L. 233-2 ou de l'article L. 235-1 ou lorsque cet agrément a été suspendu ;
  • ...

II. - Est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende

  • le fait de ne pas respecter une décision de fermeture administrative, ou d'arrêt d'une ou plusieurs activités d'un établissement, prise en vertu des articles L. 206-2, L. 233-1 et L. 235-2.

II bis. - Est puni de six mois d'emprisonnement et de 150 000 € d'amende

  • le fait, pour un propriétaire ou un détenteur de denrées alimentaires ou d'aliments pour animaux, de ne pas respecter les obligations d'information prévues aux deuxième et troisième alinéas de l'article L. 201-7.

III. - Est puni de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 600 000 €, dont le montant peut être porté, de manière proportionnée aux avantages tirés du manquement, à 10 % du chiffre d'affaires moyen annuel, calculé sur les trois derniers chiffres d'affaires annuels connus à la date des faits le fait pour un exploitant :

  • de mettre sur le marché un produit d'origine animale ou une denrée en contenant préjudiciable à la santé au sens de l'article 14 du règlement (CE) n° 178/2002 du Parlement européen et du Conseil du 28 janvier 2002 ou de s'abstenir de mettre en œuvre des procédures de retrait ou de rappel d'un tel produit qu'il a importé, produit ou transformé, en méconnaissance de l'article 19 du même règlement communautaire ;
  • ...

IV. - Les personnes physiques encourent également les peines complémentaires suivantes :

  • l'interdiction, pour une durée de cinq ans au plus, d'émettre des chèques autres que ceux qui permettent le retrait de fonds par un tireur auprès du tiré ou ceux qui sont certifiés et d'utiliser des cartes de paiement ;
  • la confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l'infraction ou de la chose qui en est le produit ;
  • l'interdiction pour une durée de cinq ans au plus d'exercer une activité professionnelle ou sociale dès lors que les facilités que procure cette activité ont été sciemment utilisées pour préparer ou commettre l'infraction. Cette interdiction n'est toutefois pas applicable à l'exercice d'un mandat électif ou de responsabilités syndicales ;
  • l'affichage de la décision prononcée ou la diffusion de celle-ci soit par la presse écrite, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique.

V. - Les personnes morales encourent également les peines complémentaires prévues par les 2°, 4°, 7°, 8° et 9° de l'article 131-39 du code pénal.

ComplémentVotre première consultation offerte !

Profitez d'une CONSULTATION OFFERTE avec un expert VETHYQUA !

Ce rendez-vous s'organise en 3 temps :

  1. Complétez votre dossier personnel en vue d'optimiser votre RV.

  2. Appelez-nous pour convenir d'un RV en visio-conférence. (01 44 16 00 16)

  3. Profitez d'une consultation OFFERTE sur un sujet vous préoccupant.